Les avantages de l’assurance vie

Quel que soit l’objectif à remplir en matière d’épargne, l’assurance vie peut, généralement, y répondre, dans la mesure où les contrats proposés, dans ce domaine, se révèle être de plus en plus souples. Qu’il s’agisse de faire fructifier des fonds pour préparer un projet, ou bien encore de se constituer une petite réserve d’argent pour ses vieux jours, l’assurance vie apparaît comme l’un des meilleurs produits actuellement sur le marché pour atteindre ces buts. Très appréciés des Français, elle est même, en termes de collecte, leur solution préférée.

Pouvant être souscrite auprès d’un établissement bancaire ou d’une compagnie d’assurance, ces contrats permettant de placer un capital sur un voire deux fonds en euros, pour un rendement performant et sûr, ainsi que de diversifier ses investissements sur des fonds en unités de compte, afin d’apporter plus de dynamisme en contrepartie cependant d’un risque un peu plus important, celui-ci dépendant des supports réellement choisis.

Affichant de moins en moins souvent des frais de gestion, notamment pour les contrats souscrits auprès d’une banque en ligne, l’assurance vie devient donc de plus en plus avantageuse, celle-ci servant également des taux de rémunération particulièrement attractifs, lorsqu’il s’agit, par exemple, de les comparer à ceux des livrets réglementés par l’Etat, dont fait partie le populaire Livret A qui a vu ses résultats diminuer de 4 %, au 1er août 2008, à 1,25 %, seulement une année plus tard.

Permettant, pour la plupart des contrats, d’opter pour des versements libres ou programmés, l’assurance vie devient, en outre, de plus en plus simple à gérer étant donné que des arbitrages automatiques peuvent être mis en place pour répartir les fonds en fonction de l’évolution des marchés boursiers et des gains ou des pertes enregistrées, garantissant ainsi de sécuriser les euros acquis grâce aux bonnes décisions prises ou encore de limiter les frais lorsque les choix ont été moins judicieux, en réorientant, à chaque fois, le montant du capital déterminé à l’avance vers le fonds en euros, offrant une plus grande sécurité du fait de sa composition, en grande partie, basée sur des obligations et assurant un Taux Minimum Garanti (TMG) annoncé, chaque début d’année, par les différentes enseignes.

Ouvrant accès à une fiscalité préférentielle, cet aspect contribue aussi à donner une certaine attractivité à l’assurance vie. Si un rachat du capital intervenant avant quatre ans implique un Prélèvement Forfaitaire Libératoire de 35 %, celui-ci diminue à 15 % au-delà de ce quatrième anniversaire et à 7,50 % après huit ans auquel vient s’ajouter, dans ce dernier cas, un abattement de 4 600 € par an pour un personne seule, ce montant étant même doublé pour un couple dont les deux époux appartiennent au même foyer fiscal. Quelle que soit la date du rachat, en revanche, l’épargnant peut également intégrer les bénéfices perçus dans le calcul de son impôt sur le revenu, ce choix pouvant s’avérer être préférable pour certains contribuables. Ces contrats restent aussi soumis aux cotisations sociales ainsi qu’à l’Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF).

En terme de transmission, l’assurance vie se révèle être également intéressante puisque certains bénéficiaires, tels que le conjoint ou le partenaire pacsé, sont exonérés des droits de succession, tandis que les autres en bénéficient aussi dès lors que le montant reçu n’excède pas 152 500 €, tandis que les sommes au-delà sont taxées par le biais d’un Prélèvement Forfaitaire Libératoire de 20 %.

Cet article a été publié le mercredi 24 mars 2010 à 11 h 56 min et est classé dans dossier. Vous pouvez en suivre les commentaires par le biais du flux RSS 2.0. Les commentaires et pings sont fermés.

4.1 Ass_vie_120x60


180x150-axe1.gif